Sortie à Berlin, Théâtre

7 Deaths of Maria Callas

En début d’année, alors que je cherchais quelles ressources employées pour représenter l’univers du podcast, j’ai publié ma toute première revue de lecture sur l’autobiographie de l’artiste contemporaine Marina Abramovic.

Puis il y a eu ce très bel épisode #11 avec Marie-Lyne Rousse qui m’a parlé avec beaucoup de passion de son amour du théâtre. Et fin mars, de manière complètement random dans le métro je tombe sur l’affiche du Deutsche Oper pour la performance de Marina Abramovic 7 Deaths of Maria Callas à Berlin. Ni une ni deux, j’ai réservé 72€ de billet pour assister à la première berlinoise. Récit d’une soirée unique.

Avant toute chose, il est préférable de savoir que Marina Abramovic est une (voire la) pionnière internationale de la performance comme un art à part entière. En 2010, sa performance The Artist Is Present au MoMA à New York a eu un retentissement particulier. Pendant trois mois, immobile huit heures par jour et six jours par semaine, elle accueille silencieusement à sa table les visiteurs du plus célèbre art contemporain du monde.

Et ce n’est qu’une parmi le nombre inouï de performances particulièrement extrêmes et jusqu’au boutiste qu’elle a menées. Je ne la connaissais que de vue. Honnêtement, les gens qui se promènent nus parce que c’est de l’art, ce n’est pas quelque chose qui me touche. Et j’ai acheté une liseuse et un peu par hasard, je me suis procurée son autobiographie Traverser les Murs (revue de lecture ici). La vie entière de cette personne est exceptionnelle, drôle, grinçante et tragique. Alors la voir en vrai, tant que j’ai la chance de cette opportunité, c’était une évidence.

Bref. La première a lieu le vendredi 8 avril 2022 à 19h30. Le Deutsche Oper est bondé. Il y a de tout. Des personnes très chics, d’autres très chocs, quelques couleurs et beaucoup de noir, des gens de tous âges. Un mélange sans doute représentatif de l’intelligentsia berlinoise assoiffée d’art et de spectacle après deux ans de pandémie.

La performance de Marina Abramovic est dédiée à la cantatrice Maria Callas : sept morceaux classiques de son répertoire interprétés par sept cantatrices différentes. En fond de scène, une vidéo d’une performance de Marina Abramovic sur le thème de la mort avec la participation dans la plupart de l’acteur Willem Dafoe. Tout le long des sept interprétations, Marina Abramovic est sur scène, allongée dans un lit, les yeux clos. À la fin, elle se lève et fait une performance.

Avis personnel :

Je n’avais pas d’attente particulière, et pour être honnête je n’avais même pas lu le programme ni ne savais en quoi consistait la performance avant d’y aller. C’est mon voisin de siège qui me l’a expliqué.

Quand on est sensibilisé à l’art de Marina Abramovic, on sait qu’il est transgressif, jusqu’au boutiste, qu’il a lieu dans l’instant. Marina Abramovic réussit un subtil équilibre d’amener son art dans un opéra tout en ne dénaturant ni l’un ni l’autre et rendant un hommage fabuleux à Maria Callas. J’ai été également particulièrement touchée par la prépondérance féminine et la présence de l’acteur Will Dafoe, qui a 66 ans et elle 75 ans.

Un moment d’art et de spectacle sublime salué par un standing ovation à sa hauteur. One for a lifetime-performance, merci à elle pour cette fabuleuse soirée !

En savoir plus :

Lire la critique d’Emma GranierRenaissance berlinoise pour les 7 Deaths of Maria Callas au Deutsche Oper, bachtrack, 12.04.2022 – Parfaite retranscription de la soirée.

Visionner la vidéo de kultur24 TV, celui-là même qui était mon voisin de siège.

Laisser un commentaire